Mediphone Teleservices
Le blog
de Médiphone Téléservices

Êtes-vous une start-up et souhaitez-vous développer votre activité ? Dans ce cas, tournez-vous vers le crowdfunding ou financement participatif. Il s’agit d’une solution de financement populaire qui pourrait vous aider à atteindre vos objectifs entrepreneuriaux. Cette méthode réduit la dépendance aux modes de financement conventionnels comme les banques ou les établissements de crédit. Découvrez ci-après ce que vous devez savoir sur cette pratique afin de bien démarrer votre aventure entrepreneuriale.

 En quoi consiste le crowdfunding pour les startups ?

Le crowdfunding est une méthode de collecte de fonds. Il est une aide précieuse pour les nouvelles entreprises qui n’arrivent pas souvent à obtenir un financement. En optant pour cette source de financement, les startups auront la possibilité de faire avancer leur activité.

Cependant, pour y arriver, la start-up en question doit présenter son projet sur la plate-forme en ligne de son choix. Grâce à une communication convaincante, si le projet attire l’attention, certains investisseurs pourront soutenir la start-up par un financement. Le soutien financier peut être un prêt, un don ou bien une contribution financière.

C’est d’ailleurs l’une des meilleures solutions qui existent actuellement pour faire évoluer les choses dans le cas d’une entreprise au stade de démarrage. Il ne faut pas oublier qu’en cette période de difficultés économiques, les banques sont méfiantes et n’accordent pas beaucoup d’importance aux start-ups.

Pour quel type de financement participatif adhérer ?

Comme affirmé précédemment, le financement participatif peut se présenter sous forme de don, de prêt ou d’investissement.

Le don

Pour ce type de crowdfunding, les donations peuvent se présenter sans contrepartie. C’est-à-dire qu’il pourrait s’agir d’un simple « coup de cœur » des donateurs afin d’aider les projets qui les intéressent. Sinon, il peut s’agir d’un don avec une contrepartie symbolique, à l’instar de simples produits commerciaux à l’effigie de l’entreprise.

Les dons sont un financement adapté aux petits projets. Les sommes collectées peuvent notamment être faibles, mais elles pourront financer de petits équipements. Malgré tout, la donation peut renforcer les fonds propres des start-ups ou même créer un effet de levier pour la demande d’autres financements comme les subventions ou les prêts bancaires.

Le prêt

Le prêt participatif est une autre forme de financement envisageable. Mais ici, l’entreprise va s’endetter auprès de plusieurs personnes sans intérêt ou avec des intérêts à un taux fixé à l’avance. Cette fois, les fonds empruntés doivent être remboursés en fonction des modalités établies au préalable. Par ailleurs, les prêteurs pourront bénéficier d’une rémunération sous forme d’intérêts.

Il faut dire qu’un certain nombre de sociétés se tournent vers ce mode de financement pour mettre en marche leur activité. Le prêt participatif permet de financer les dépenses non prises en compte par les banques comme les projets d’achats immatériels ou le besoin de liquidité.

L’investissement

La troisième forme de financement participatif est l’investissement participatif ou « equity crowdfunding ». Il s’agit d’une prise de participation au capital par les apporteurs de capitaux. Les investisseurs seront en effet des actionnaires de la start-up. Contrairement aux autres formes de financement, les sommes sont ici intégrées au capital social de la start-up.

En contrepartie, les investisseurs reçoivent des actions ou des parts sociales. Les fonds levés lors de cette campagne serviront notamment à financer tous les besoins de la start-up, notamment l’achat de biens durables, promotion immobilière, ouverture de succursales…

Quelques conseils avant de se lancer dans cette aventure

Se lancer dans cette aventure demande une sérieuse préparation. Il faut bien analyser son projet avant tout. Déjà, il faudra qu’il soit concret et mature. Les financeurs soutiennent davantage les projets à fort potentiel. Toutefois, il est important de déterminer ses besoins de financement, mais aussi les contreparties.

Dans tous les cas, afin de mieux convaincre les donateurs ou les investisseurs, il est important d’avoir une réelle capacité à communiquer son projet. Il faudra capter leur attention pour avoir la chance d’être aidé. Pour lancer une campagne de crowdfunding, il faut aussi être présent sur les réseaux sociaux. Ces derniers permettent d’élargir la campagne d’appel au financement.