Mediphone Teleservices
Le blog
de Médiphone Téléservices

Depuis ces dernières années, les technologies deepfakes se sont considérablement répandues. Si au début, ils étaient utilisés uniquement dans le but d’amuser, aujourd’hui, ils sont devenus plus ou moins dangereux. Ils sont en effet à l’origine de nombreuses arnaques, de diffamation, d’humiliation… Découvrez dans cet article ce que vous devez savoir sur ce phénomène.

Qu’est-ce qu’un deepfake ?

Depuis sa création en 2014 par le chercheur Ian Goodfellow, le phénomène du deepfake n’a plus cessé d’évoluer. Il s’agit d’une technique visant à créer de faux enregistrements vidéo ou audio qui sont rendus très réalistes grâce à l’intelligence artificielle (IA). Cela permet d’imiter le visage d’une personne et de lui faire dire des mots qu’elle n’a jamais prononcés.

Actuellement, il y a plus de 100 000 vidéos deepfakes trouvées en ligne. Certains ont été diffusés à des fins inoffensives (memes, filtres…). Mais d’autres sont utilisés à des fins malveillantes (diffusions de fausses informations, vengeance…).

Comment fonctionnent les deepfakes ?

Les deepfakes s’appuient sur un réseau appelé « autoencoder ». Ce réseau est généralement utilisé pour apprendre les codages de données, pour la reconnaissance faciale ou encore pour trouver la signification sémantique des mots. Pour faire les vidéos deepfake, la technologie utilise en premier lieu un encodeur afin d’entraîner un réseau de neurones sur plusieurs heures de séquences vidéo réelles d’une personne cible.

Ensuite, un décodeur est utilisé pour reconstruire une nouvelle image en analysant les traits du visage et la posture corporelle de cette dernière. Grâce à cela, l’algorithme superpose plus facilement les caractéristiques faciales et physiques de l’individu cible à la personne dans la vidéo d’origine. La technologie utilisée est notamment le célèbre réseau antagoniste génératif, communément connu sous le sigle « GAN ».

Est-ce que les deepfakes sont légaux ?

Oui, les deepfakes sont légaux un peu partout dans le monde. Mais étant donné les dangers qu’ils peuvent présenter, ils sont soumis à des règlementations qui varient d’un pays à un autre.  Aux États-Unis par exemple, il y a des lois spécifiques qui ont été mises en place pour réglementer les deepfakes. La plupart des États américains interdisent uniquement la « revenge porn ». Quelques-uns seulement comme la Californie et le Texas précisent que les deepfakes sont illégaux.

Dans d’autres pays plus conservateurs comme la Chine, la loi est stricte concernant les deepfakes. Ils sont formellement interdits, surtout lorsqu’il s’agit de la diffusion de fausses informations (notamment politique).

Comment détecter une vidéo deepfake ?

Bien que les vidéos deepfakes soient plutôt convaincantes, il est plus ou moins simple de les différencier des vraies vidéos. Il y a de petits signes subtils auxquelles vous devez prêter attention. Les signes qui trahissent le plus souvent ces vidéos sont notamment les ombres, les tons de peau incohérents et les zones floues lors des mouvements. Pour les identifier, concentrez-vous surtout sur le cou, la bouche et le front.

Les cheveux dans les vidéos deepfake paraissent également faux si vous prenez le temps de bien observer. Quant aux audios, vous remarquerez forcément de petites failles en écoutant bien. En effet, pour reconnaître une vidéo deepfake, vous devez scruter chaque petit détail.

Une autre méthode de vérification consiste à faire une capture d’écran d’image dans la vidéo que vous suspectez. Puis, faites une recherche inversée sur          Google afin de voir s’il y a une version originale de la vidéo.

En gardant en tête ces conseils, vous pourrez éviter diverses arnaques telles que le phishing ou les infox. Certes, cela est peut-être encore possible aujourd’hui, mais avec le temps et l’évolution technologique, la détection des vidéos deepfakes risque sûrement de devenir plus difficile.

Petit conseil : comme presque tout le monde de nos jours, vous êtes probablement sur les réseaux sociaux et vous partagez vos informations personnelles, vos photos et vos vidéos. Mais si vous ne voulez pas être le sujet d’une vidéo deepfake malveillante, évitez de trop vous afficher. Mettez vos profils en mode confidentiel et assurez-vous qu’il n’y ait que vos proches qui y ont accès.